for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

Pétrole, Iran et droits de l'homme au menu du dîner entre Macron et "MBS" à l'Elysée

PARIS (Reuters) - Emmanuel Macron a accueili jeudi soir à Paris le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane pour un dîner de travail, alors que les dirigeants occidentaux cherchent à apaiser leurs liens avec le royaume producteur de pétrole sur fond de guerre en Ukraine.

Emmanuel Macron a accueili jeudi soir à Paris le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane pour un dîner de travail, alors que les dirigeants occidentaux cherchent à apaiser leurs liens avec le royaume producteur de pétrole sur fond de guerre en Ukraine. /Photo d'archives/REUTERS/Bandar Algaloud/Courtesy of Saudi Royal Court

Sur le parvis de l’Elysée, le président français, de retour d’une tournée en Afrique, a longuement serré la main de celui que l’on surnomme “MBS”, arrivé à Paris après une première étape européenne en Grèce.

En décembre à Djeddah, Emmanuel Macron avait été le premier dirigeant occidental à rencontrer le prince saoudien depuis le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi en 2018 dans lequel Ryad est soupçonné d’avoir joué un rôle, ce que nient les autorités saoudiennes.

La visite de jeudi suscite les critiques de groupes de défense des droits de l’Homme et de l’opposition française.

“On n’a pas besoin de réhabiliter un prince meurtrier, on a surtout besoin de porter un langage des droits humains”, a déclaré sur France Inter la secrétaire générale d’Amnesty International, Agnès Callamard.

“Au menu du dîner entre @EmmanuelMacron et #MBS le corps démembré du journaliste Khashoggi ? Le chaos climatique ? La paix et les droits humains ? Le jour du dépassement ? Non ! Du pétrole et des armes ! L’exact opposé de ce qu’il faut faire !”, a écrit sur Twitter l’eurodéputé Yannick Jadot, ancien candidat écologiste à l’élection présidentielle.

L’Elysée a fait savoir qu’Emmanuel Macron aborderait la question des droits de l’homme avec son hôte. “Il l’abordera en termes généraux mais il en profitera aussi pour aborder des cas individuels”, a-t-on ajouté.

De leur côté, les organisations non gouvernementales Democracy for the Arab World Now (DAWN), Open Society Justice Initiative (OSJI) et Trial International ont déposé plainte auprès de la justice française contre Mohammed ben Salmane pour complicité de torture et de disparition forcée, en lien avec le meurtre de Jamal Khashoggi.

DEUX SEMAINES APRÈS LA VISITE DE BIDEN

Alors que la crise énergétique et alimentaire se fait chaque jour plus aiguë, les dirigeants occidentaux se rapprochent des pouvoirs régionaux pour contrer l’influence de la Russie malgré les préoccupations en matière de droits humains.

Emmanuel Macron s’est entretenu ces derniers jours à Paris avec le président des Émirats arabes unis Mohammed ben Zayed Al Nahyane puis avec le président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi, sans rencontre avec la presse.

Les pays européens cherchent à diversifier leurs sources d’énergie après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, qui a réduit ses approvisionnements de l’Europe en gaz.

“La question des fournitures et des attentes des Européens et des Français en matière énergétique sera abordée”, a fait savoir l’Elysée. “C’est une question mondiale. Le président prend toute sa part dans les démarches qui sont faites.”

Les Occidentaux veulent convaincre Riyad d’ouvrir les vannes du pétrole, dont le royaume est l’un des principaux producteurs, afin de faire baisser les prix.

Jusqu’ici, le dirigeant saoudien a refusé d’accroître la production pour respecter son engagement vis-à-vis de l’OPEP, répétant que son pays était au maximum de ses capacités avec une faible marge de progression.

Autre sujet au menu du dîner : le nucléaire iranien, à l’heure où les pourparlers entre les grandes puissances et l’Iran pour relancer l’accord de 2015 sont au point mort. L’Arabie saoudite, grand rival de l’Iran, craint que Téhéran ne devienne une puissance nucléaire et s’inquiète de plus en plus de ses activités dans la région.

Il est encore temps de trouver un accord sur le nucléaire iranien mais la balle est dans le camp de l’Iran, a-t-on déclaré sur ce point dans l’entourage d’Emmanuel Macron.

La rencontre de l’Elysée signe une nouvelle étape du retour de Mohammed ben Salmane sur la scène internationale, moins de deux semaines après la visite du président américain Joe Biden en Arabie saoudite.

La mini-tournée européenne du prince vise à “évoquer les relations bilatérales et les moyens de les renforcer dans différents domaines”, ont souligné les autorités saoudiennes en annonçant le voyage.

Reportage Elizabeth Pineau et John Irish, édité par Sophie Louet, Jean-Michel Bélot et Jean Terzian

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up