for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up

Nombre croissant de Syriens et Afghans entrant dans l'UE via les Balkans

(Reuters) - Le nombre de migrants illégaux entrant dans l’Union européenne en traversant les Balkans a presque doublé cette année, a indiqué jeudi l’agence douanière du bloc communautaire, Frontex, précisant que ceux-ci étaient majoritairement des ressortissants syriens et afghans.

Des membres de l'agence douanière du bloc communautaire Frontex lors d'une patrouille. Le nombre de migrants illégaux entrant dans l'Union européenne en traversant les Balkans a presque doublé cette année, a indiqué jeudi Frontex. /Photo d'archives/REUTERS/Florion Goga

Selon Frontex, 22.600 migrants ont été détectés lors de leur entrée illégale dans l’UE via les Balkans occidentaux entre janvier et juillet, soit une hausse de 90% par rapport à la même période l’an dernier.

L’agence a fait savoir dans un communiqué que pour le seul mois de juillet, le nombre de migrants illégaux utilisant cette route avait augmenté de 67% sur un an.

De nombreux pays membres de l’UE suivent avec inquiétude l’évolution du conflit en Afghanistan, où les insurgés taliban multiplient les offensives à travers le pays et ont enregistré des gains importants ces derniers jours.

Ces avancées des taliban, en marge du retrait définitif de l’armée américaine, poussent de nombreux Afghans à fuir, laissant envisager une crise migratoire similaire à celle de 2015, qui avait vu plus d’un million de personnes arriver à travers l’UE en provenance du Moyen-Orient et de l’Afghanistan.

La question du sort des migrants afghans ayant effectué une demande d’asile divise à travers l’UE. Six pays membres (Grèce, Autriche, Belgique, Pays-Bas, Allemagne et Danemark) se sont prononcés la semaine dernière, dans une lettre commune, contre la suspension des expulsions des demandeurs d’asile afghans déboutés.

Trois pays signataires de cette lettre - Pays-Bas, Allemagne et Danemark - ont toutefois annoncé depuis lors la suspension des expulsions de migrants afghans ayant effectué une demande d’asile.

Copenhague a indiqué qu’il n’expulserait aucun demandeur d’asile afghan avant le 8 octobre prochain à la suite d’une demande en ce sens du gouvernement à Kaboul.

La France, elle, a suspendu début juillet l’expulsion de ressortissants afghans en raison du contexte sécuritaire en Afghanistan, a fait savoir jeudi un porte-parole du ministère de l’Intérieur.

Au total, depuis le début de l’année, le nombre d’entrées illégales dans l’UE a dépassé les 82.000, soit une hausse de 59% par rapport à la même période en 2020, selon Frontex.

Une réunion de crise est prévue entre les ministres européens de l’Intérieur pour discuter de l’afflux de migrants à la frontière entre la Biélorussie et la Lituanie, alors que Bruxelles accuse Minsk d’utiliser les migrants illégaux - principalement des Irakiens - comme arme politique à la suite des sanctions européennes le visant.

Reportage Sabine Siebold; version française Jean Terzian, édité par Marc Angrand

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up