for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Sociétés

Le Canada va restituer les turbines réparées de Nord Stream 1

OTTAWA, 9 juillet (Reuters) - Le Canada va octroyer une exemption au titre des sanctions pour restituer à l’Allemagne des turbines russes réparées nécessaires à la maintenance du gazoduc Nord Stream 1, a annoncé samedi le ministre canadien des Ressources naturelles.

Le gouvernement canadien a déclaré que sa décision de délivrer ce “permis révocable et limité dans le temps” soutiendrait “la capacité de l’Europe à avoir accès à une énergie fiable et abordable pendant qu’elle sort de sa dépendance au gaz et au pétrole russes”.

Le Canada a également annoncé qu’il allait étendre les sanctions contre le secteur russe de l’énergie pour y inclure les activités de fabrication industrielle.

Le géant russe Gazprom a réduit la capacité du gazoduc Nord Stream 1, qui relie la Russie à l’Europe, à seulement 40% de ses niveaux habituels, invoquant le retard de livraison d’équipements réparées par la société allemande Siemens Energy au Canada. Siemens Energy n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Le Canada a estimé que “sans un approvisionnement nécessaire en gaz naturel, l’économie allemande subira des difficultés très importantes et les Allemands eux-mêmes risquent d’être incapables de chauffer leurs maisons à l’approche de l’hiver”.

Le gouvernement allemand n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

La présidente du Congrès ukrainien canadien, Alexandra Chyczij, a déclaré dans un communiqué publié samedi: “Notre communauté est extrêmement déçue de la décision du gouvernement canadien de se soumettre au chantage de la Russie.”

Les turbines seront d’abord expédiées en Allemagne avant d’être livrées à Gazprom, avait indiqué une source gouvernementale à Reuters plus tôt cette semaine.

Le Kremlin a annoncé vendredi qu’il augmenterait les livraisons de gaz vers l’Europe si les turbines étaient restituées.

L’Ukraine s’est opposée à la restitution des turbines par le Canada, estimant qu’une livraison de l’équipement à la Russie contreviendrait aux sanctions imposées contre Moscou.

Avec David Shepardson à Washington; version française Camille Raynaud

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up